Les superstitions au théâtre

On connaît tous ces fameuses superstitions qui portent chance ou surtout malchance dans un domaine ou dans l’autre. Eh bien le théâtre a ses superstitions et certaines sont même assez étonnantes.

Les bons présages

Certaines superstitions ont une connotation positive, car elles annoncent d’heureux événements.

  • Les roses : au 19e siècle, le directeur allait offrir des fleurs aux comédiens dans les coulisses. Un artiste qui recevait des roses était assuré d’être présent pour les prochaines représentations. Mais s’il reçoit des œillets à la place, cela signifiait qu’il n’était plus engagé 
  • Une mauvaise répétition : aussi étrange que cela puisse paraître en théâtre, rater sa répétition est le présage d’une bonne soirée d’ouverture 
  • La fermeture du théâtre le lundi : elle n’est ni de bonne, ni de mauvais augure, mais cette superstition exige de fermer le théâtre au moins une fois par semaine pour permettre aux fantômes du théâtre de jouer leur propre pièce

Les superstitions de mauvais augure

À présent, les superstitions liées aux mauvais présages.

  • Pas de vert sur scène : symbolisant la malchance et le mauvais présage dans le milieu, le vert est interdit sur la scène de théâtre, on a déjà vu des comédiens mourir avec la présence de cette couleur sur scène 
  • Ne jamais dire « bonne chance » : il faut plutôt dire « merde ». Pour l’anecdote, plus il y avait de merde de cheval sur le parvis, plus il y avait de spectateurs… 
  • Ne jamais siffler sur scène : cela aurait la fâcheuse tendance d’attirer les sifflets du public 
  • Pas de plumes de paon sur scène : elles attireraient systématiquement le mauvais œil 
  • Les bougies sur scène : elles portent malchance quand elles sont au nombre de trois et il est dit que la personne la plus proche sera la prochaine à se marier ou à mourir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *